samedi 25 novembre 2017

XVIIe chambre



L'autre jour, on m'a traité de Blanc, d'hétérosexuel et de catholique !

J'ai immédiatement porté plainte contre ces terribles accusations, qui sont à l'évidence d'ignobles calomnies. J'ai bon espoir d'être indemnisé (mon médecin a signé un arrêt de travail de six mois) et de voir mon persécuteur lourdement condamné.

***

La Chambre ne désemplit pas. On s'y bouscule. Le tout Paris est là. Son enthousiasme fait plaisir à voir. Il assiste aux délibérés avec la gourmandise du peuple moral, celui qui envoie à l'échafaud pour un mot de travers, pour une tranche de jambon mal assorti aux nouvelles mœurs. Le mœursal, il s'en régale alors même qu'il déclare en aimer toutes les singularités.

***

Yann Moix insiste pour plus de sévérité dans les condamnations. Il veut que la Chambre soit déménagée à la Concorde. On l'applaudit. On le porte en triomphe.

***

Un artiste en vogue propose deux œuvres. Un Clitoris géant, sous lequel les sentences seraient rendues, et un méga Utérus, dans lequel se tiendrait le Procureur.

***

M. Albert Trouducu est amené, entre deux gardes à l'allure sévère. Il tremble. Il bredouille. Il prétend ne pas comprendre. Un filet de bave coule de ses lèvres minces. Les hurlements de la salle couvrent sa voix. Le Président, calme et goguenard, lui intime d'un geste l'ordre de se taire. Le Procureur hausse les épaules, il n'a pas besoin de lire ses notes. Il se rasseoit, confiant-dans-la-justice-de-son-pays. Au suivant.

***

Désormais, les procès se tiennent la nuit. Il y avait trop de monde aux audiences. Il faut payer pour assister aux plaidoiries. Les places se revendent au marché noir. Pour certains accusés, les prix dépassent largement ceux de Roland Garros, dans les meilleures années.

***

Certains reviennent régulièrement. C'est le cas d'Arno Muscat. Il était là si souvent qu'il a pris une location, dans le quartier. Il fait maintenant partie des VIP de la XVIIe. Ses avocats sont célèbres. On les invite au 20 heures. Ils ont une table chez Lipp.

***

Paul Éluard et Nabilla Leona Benattia, main dans la main, assistent à presque toutes les séances. Comme il est émouvant de voir la jeune femme se pencher vers le vieil homme quand elle ne comprend pas une formule ou un terme de procédure !

***

Paul Trouvier, le Président, trouve que sa carrière avance bien. Il est en effet pressenti pour un poste de ministre de la Morale impeccable dans le gouvernement de Toufik Acerola.


(à suivre…)